Satirists, Led by Muslims, Find Much to Mock in ISIS

Article publié dans le New York Times et en première page de l’International New York Times.

LONDON — Viewed more than one million times on YouTube, the blooper reel shows a knife-wielding executioner fumbling through his prepared text, in one instance mispronouncing “circumstances” as “circumcision.”

After multiple takes, including a tentative escape by the captive, clad, of course, in an orange jumpsuit, the militants finally kill their victim and congratulate themselves, only to realize they have not recorded anything. So they decide to do the video again, this time beheading their sound man.

The parody is one in an expanding universe of sometimes funny, sometimes tasteless and almost always provocative sendups of the Islamic State, also known as ISIS or ISIL, that have proliferated across the Internet in recent months. At the risk of offending sensibilities by searching for humor in the horrific, many also aim to cut the extremists down to size.

If the Islamic State has uniquely promoted itself as a terrorist group of the digital age, propagandizing, it seems, its every atrocity on video, then perhaps it is only fair that it answers to the digital age as well. The ridicule has come in nearly all forms — cartoons, videos, songs and stories — and from all quarters, though mostly from Muslims themselves.

James B. Hoesterey, assistant professor of religion and Islamic studies at Emory University in Atlanta, said the reason Islamic State fighters made such a good target was “most Muslims don’t agree with their theology.”

“I think the most important videos for my perspective are those that show them as not very pious,” he added in a telephone interview.

He pointed to an example from a Palestinian comedy show, “Watan ala Watar.” In one scene, Islamic State fighters stop a man at a checkpoint and ask where he is from. Hearing his answer, the two militants have an exchange about “how good the girls are there,” Mr. Hoesterey said. “This is making an implicit attack on their piety.”

Others — like Giora Zinger, Yossi Gavni and Omer Burshtein, stand-up comedians from Israel who are the writers and actors of the blooper video — have sought to turn the group’s own penchant for slick video production on its head.

“I was thinking that their beheading videos look like very organized productions,” Mr. Zinger said by telephone. “They shoot in two angles, and the sound is very clear, and it is recorded with good equipment. I was thinking, What happened behind the scenes?”

Mr. Gavni added, “We tried to focus on the absurd, that for ISIS, it is a bad thing to show people kissing, but to show beheadings is good.”

Similarly, the group’s appetite for strong production values has inspired students from Carleton University in Ottawa. Anas Marwah, who is from Syria, and his friends Maher Barghouthi and Nader Kawash, who are Palestinians, all 23, started their online satirical program, “The Weekly Show,” in September.

“ISIS has been using a lot of slick propaganda videos to attract youth,” Mr. Marwah, the host and producer, said by telephone. “One of our aims, after comedy, is in fact to send a countermessage to the youth, making fun and degrading ISIS.”

One of their parodies, which has been viewed more than 13,000 times, is a fake advertisement, in the style of Apple, for an ISIS phone, the “ISIS 9 air,” and apps such as the “LogBook.”

The fake app allows users “to write down the number of people you killed and the number of each one of them with the corresponding numbers of hasanat,” meaning points earned for a good deed.

Even some satirists, like Karl Sharro, an architect who writes a satirical blog, Karl reMarks, are the first to acknowledge that not all of the sketches are funny, and that much of the satire does offend tastes and sensitivities.

“A lot of people are doing silly stuff, and I don’t find it funny at all,” he said. “It is just trying to jump on the bandwagon.”

But, nonetheless, some of the satire is quite skilled and contains a powerful message.

He pointed to a song, “Madad Baghdadi” by a Lebanese band, The Great Departed. Its chorus praises Abu Bakr al-Baghdadi, the leader of the Islamic State, but the lyrics are ironical.

“It uses traditional Arabic style of singing, a way of singing that is similar to how people sing religious songs,” Mr. Sharro said. “It is very clever, bold and brave.”

The parodies have not been limited to the Internet. On “Saturday Night Live” on Feb. 28, Dakota Johnson, one of the stars of the film “Fifty Shades of Grey,” played a daughter being dropped off from a car by her father. “You’ll be careful, O.K.?” he tells her. “Dad, it’s just ISIS,” she replies. The skit generated controversy on social media, with some questioning whether the phenomenon of girls joining the Islamic State was really a laughing matter.

Surprisingly, perhaps, mocking religion or terrorism in the context of the Islamic State has been less taboo in some Arab countries, where the restrictions are more political than cultural because the Islamic State is a common enemy of several Arab countries. Al Iraqiya, a public station in Iraq, even broadcast an anti-Islamic State show called “The Superstitious State.”

“Satire really reflects the power, the political balance of power in a society, more than any kind of cultural taboo,” said Marwan M. Kraidy, a professor at the University of Pennsylvania who specializes in the Arab world and global media.

Bassem Youssef, the former host of a popular satirical show in the Middle East, “Al Bernameg,” who is now a fellow at Harvard University’s Institute of Politics, explained that for many, laughing at the Islamic State was an antidote to fear.

“People found a way to fight against this through humor and satire and through making fun of this crazy people,” he said. “It is not a weapon. It just brings more people into the discussion, and these people are the one who make the change.”

Mr. Youssef, whose show was canceled after constant pressure and threats against him and his team, is now busy doing a crowdfunding campaign for a documentary about his life called “Tickling Giants.”

But if “Al Bernameg” was still on the air, he said: “I would actually make fun of ISIS every single day. They have so much material, and I think there is a lot of stuff that you can get out of them.”

Posted in Reportages | Tagged , , , , | Leave a comment

International Artists Seek Out Real Sound in Paris

Article publié dans l’International New York Times.

PARIS — Behind a dark red door in Montmartre, a long driveway leads to an unlikely hidden space: a full-fledged recording studio so sought after that it is attracting a growing list of big names in the music industry, including Kanye West, Pharrell Williams, Phoenix and Cat Power.

Called Motorbass, the 2,200-square-foot space, built in 1979, is one of only a few recording studios in Paris. Most studios are on the periphery of the city because of high rents.

The space’s main attraction is its owner, the producer Philippe Zdar, a D.J. and half of the electro band Cassius with Hubert Blanc-Francard.

Mr. Zdar, 47, whose real name is Philippe Cerboneschi, does not rent out his studio and works only with the artists he chooses. “I don’t want to have bad music here,” he said. “I have the feeling that it might enter the walls. I believe in vibes.”

One of the things that makes the studio special is Mr. Zdar’s commitment to authentic analog sound, using real instruments, instead of computers. “It changes everything,” he said. “I can hear the difference. We are not using sounds from computers that everybody is using.” He said he chose his instruments “with love” — including a piano, seven guitars and two drum sets, along with seven amplifiers and 18 synthesizers. “I know I can do everything with them,” he said.

Mr. Zdar’s guiding hand has won over performers. “The thing is mostly Philippe,” Laurent Brancowitz, a guitarist in the French band Phoenix (which recorded two albums at Motorbass), said in a telephone interview. “If he wasn’t there, it would lose its charm.”

Ryan Tedder, the lead singer of the American rock band OneRepublic, as well as a producer and songwriter who has worked on hits for Beyoncé and Adele, went to Motorbass for the production of two songs on the OneRepublic album “Native,” released in 2013. (The studio is named after Mr. Zdar’s 1990’s house band with Étienne de Crécy.)

“There is a French sound that no one in America knows how to do,” Mr. Tedder said in a video interview with the French website off.tv. “I don’t know if it is in the water or the croissants, but you can’t get it in Los Angeles or New York. So we come here.”

Luke Jenner, the lead singer of the Rapture, who did work at the studio in 2009 for his band’s album “In the Grace of Your Love,” said of Mr. Zdar, “All he cares about is the vibes. He knows how to make things technically sound good.” He continued, “At the end of the day, he is a D.J. and the work of a D.J. is to create vibes and energy.”

The studio has benefited from a renewed interest in “French Touch,” the French electronic music movement that found global success in the 1990s and 2000s and that has resurged recently as American artists like Mr. West and Mr. Williams have collaborated with bands that were leaders of the movement, like Daft Punk and Cassius.

Mr. Zdar rose to wider prominence in 2010, when the album “Wolfgang Amadeus Phoenix,” which Phoenix recorded at Motorbass in 2008, won the Grammy award for best alternative music album. (The trophy is displayed at the studio.) Soon Mr. Zdar found himself working with major U.S. acts like the Beastie Boys, the Rapture and Cat Power. Mr. West visited Motorbass in 2011 when he worked on the song “Why I Love You,” inspired by the Cassius song “I Love You So,” for his album with Jay-Z, “Watch the Throne.”

Lately, Mr. Zdar has been working at Motorbass on his latest album as half of Cassius. The band has brought in previous collaborators, among them Mr. Tedder and Mr. Williams, who sang on two of the new tracks. In November, he took a break from recording to produce a track for the first album of Flo Morrissey, a young British singer who has been compared to Lana Del Rey.

Mr. Zdar bought the studio, on the Rue des Martyrs in the 18th Arrondissement, in 2001, drawn by its location and history. Dominique Blanc-Francard, a sound engineer and producer — and the father of Hubert Blanc-Francard of Cassius — had rented the space in the early 1980s and worked with some legendary French musicians there, including Serge Gainsbourg, who produced albums for his former companion Jane Birkin and for the actress Isabelle Adjani. In an interview, Mr. Blanc-Francard, 70, said Tom Hidley, a well-known music studio designer, worked on the studio using materials that included rocks from the island of Java to enhance acoustics.

Mr. Zdar first came to the studio in 1998 to record Cassius’s first album, “1999.” (By then it had been taken over by another manager, Christian Gulluni.) He thought it was “magical,” he said. “When the owner told me he wanted to sell it a few years later, I thought that I had to buy it.”

Hubert Blanc-Francard of Cassius, who often visited the studio in his youth, had the same reaction. “Something musically happened,” he said. “I don’t know what was here 1,000 years ago, but there is something in this place.”

After he purchased the space, Mr. Zdar hired the designer Gérard Pibiri to rebuild the studio, which had fallen into ruin. “It took me seven years to renovate it because I didn’t have enough money,” he said.

It was worth the wait. Its first project? In 2008, the studio was used to record Phoenix’s award-winning album.

Posted in Musique, Reportages | Tagged , , , , , | Leave a comment

Al-Qaïda/AQMI : des vidéos qui dérangent

Devons-nous, médias et journalistes, diffuser les vidéos des groupes terroristes Al-Qaïda et AQMI ?
Avec mes camarades en école de journalisme Eline Ulysse, Maxime François et Anton Kunin, nous avons tenté de répondre à cette question en vous présentant une enquête multimédia.

Les vidéos sont-elles les armes les plus dangereuses d’Al-Qaïda et AQMI ? C’est une question qui en entraîne une autre. Est-il pertinent pour les médias de les diffuser ? Leur impact peut avoir des conséquences désastreuses car elles sont un moyen de propagande et d’endoctrinement efficace. Le rôle du journaliste est posé au milieu d’une grande controverse car après tout, ne risquent-ils pas de se retrouver à leurs dépens les communicants d’Al-Qaïda au lieu d’informer?  Au Maroc, un journaliste a été accusé en 2013 d’apologie du terrorisme pour avoir publié un lien vers une vidéo d’AQMI. Le débat est lancé. Où est la limite entre la sécurité nationale et la liberté de la presse ? Que faut-il faire de ces vidéos et des nouveaux outils des cyberjihadistes? Nous avons rencontré des spécialistes, des journalistes ainsi que les protagonistes de ces affaires. Nous vous proposons une enquête enrichie de vidéos, de sons et d’infographies pour répondre à ces questions.

Découvrez notre travail sur notre site:  https://videosquiderangent.creatavist.com/enquete

Posted in Reportages | Leave a comment

Les showrunners made in France

Les séries françaises à succès comme « Un village français », « Engrenages » ou « Fais pas ci, fais pas ça » s’inspirent de plus en plus du modèle d’écriture des séries américaines. Elles sont écrites par un groupe de scénaristes et dirigées par un chef d’écriture, appelé le showrunner. Résultat : ces séries cartonnent mais pourtant, cette méthode a encore du mal à s’imposer dans la jeune industrie des séries françaises.

Kaboul Kitchen © Canal+/Xavier Lahache

Kaboul Kitchen © Canal+/Xavier Lahache

Une nouvelle génération de séries émerge depuis plusieurs années. Principalement diffusées sur Canal +, ces fictions cassent les codes, proposent des histoires originales et changent l’image de la série française, longtemps représentée par des « Julie Lescaut » ou « Joséphine, ange gardien ». Si elles relèvent le niveau en termes de qualité, c’est parce qu’elles ont résolu le problème de l’inexistence d’une organisation d’écriture en France. Ces nouvelles fictions suivent désormais le modèle américain du directeur d’écriture (le showrunner) et de son atelier d’auteurs. Le but est de créer une cohérence artistique et une régularité dans la diffusion des épisodes, saisons après saisons. Ce système est soutenu par une partie de la profession et rejeté par une autre.

Un modèle américain adapté aux séries françaises

La série à succès « Un Village Français » est sûrement la plus représentative de la méthode d’écriture collective avec comme showrunner, Frédéric Kirvine. Marie Roussin participe à son atelier d’écriture. Elle définit son rôle: « Le showrunner à l’américaine est quelqu’un qui chapote toute la série, il recrute une équipe d’auteurs, il les fait travailler, il reprend toutes les versions de chaque épisode et il s’assure de la cohérence artistique entre ce qui est écrit et ce qui va être réalisé. Il valide toutes les décisions artistiques (décors, costumes, casting, montage…) ». Pour résumer, il suit toutes les étapes de réalisation : de l’écriture à la post production.

Plusieurs séries en France s’inspirent du modèle sans l’appliquer totalement. C’est le cas de la série comique « Fais pas ci, fais pas ça » diffusée sur France 2. Dans cette série, le grand chef s’appelle le « directeur de collection ». Son rôle est à peu près équivalent à celui du showrunner. Il supervise les scénaristes. Mais exception française chez « Fais pas ci, fais pas ça », le poste de directeur de collection a été occupé par différentes personnes depuis le début de la série.

Engrenages © Canal + (France)

Engrenages © Canal + (France)

Adapter la méthode sans la copier totalement, c’est aussi la manière dont fonctionne la série policière « Engrenages ». Dans l’équipe, le showrunner est appelé le « producteur artistique ». Ce rôle est tenu par Thierry Depambour et il est résumé par l’une des auteurs de la série, Anne Landois, dans une interview à Allociné: « Thierry Depambour n’écrit pas avec nous mais il est vraiment le garant de la continuité de la série, il perpétue le style d’ « Engrenages » depuis la création ». Un rôle qui est donc bien similaire à celui du showrunner.

Le scénariste français, toujours trop solitaire

Pourtant, si la notion de groupe est présente dans plusieurs séries françaises, l’écriture en solo n’est pas prête de disparaitre. C’est le cas de « Braquo », dont la dernière saison a été entièrement écrite par Abdel Raouf Dafri, le scénariste à l’origine de « Un Prophète » réalisé par Jacques Audiard. Mais selon Marine Francou, membre du SAS et auteur pour « Un Village Français », écrire une série en solitaire (12 épisodes par an) relève de l’impossible. Ecrire seul prend plus de temps et c’est un luxe que les scénaristes ne peuvent pas se permettre selon elle : «Si un téléspectateur devient addict à une série, il faut le nourrir. C’est important de créer un rendez-vous avec les fans. Mais écrire seul, ce n’est pas possible. On ne peut pas attendre trois ans pour sortir une nouvelle saison ». Malgré tout, l’exemple de « Braquo », saluée par la critique, a montré que l’écriture individuelle n’empêchait pas à la qualité d’un produit.

 

Teaser de la saison 3 de Braquo

 

L’écriture en groupe : « Une idée encore très neuve en France »

Repenser la manière d’écrire une série, c’est aussi repenser le métier de scénariste en France. Un changement qui a dû mal à s’enclencher, car dans le milieu audiovisuel français, le scénariste est encore perçu comme un auteur solitaire, venant tout droit de la Nouvelle Vague. Pour beaucoup, écrire en groupe comme les Américains ne fait pas parti de la culture française. Une limite culturelle est bien présente expliquée par Marine Francou: «Beaucoup de producteurs et certains auteurs ne sont pas convaincus par ce système. Ce n’est pas culturel. Avec un atelier, il faut fédérer des auteurs autour d’un projet. Mais cette idée de collectivité est encore très neuve en France ». L’apprentissage du métier fait aussi débat. Récemment, des écoles françaises comme La Fémis et le CEEA ont pourtant ouvert des cursus spécial « série ». A Berlin, Serial Eyes, une formation au métier de showrunner a été créée et attire un grand nombre de scénaristes européens. La scénariste rajoute : « Avant on pensait que le métier de scénariste ne s’apprenait pas. En France, t’es auteur si tu sais écrire. Alors qu’aux Etats-Unis, tu apprends à le devenir ».

« Les Américains ont 60 ans d’histoire de séries derrière eux »

Les limites ne sont pas seulement dans les mœurs, elles sont aussi financières. L’industrie des séries est beaucoup moins importante en France qu’aux Etats-Unis où le business des séries est élevé à plusieurs millions (voire milliards) de dollars et où le système de l’atelier est beaucoup plus développé. Une dizaine d’auteurs travaillent pendant 10 à 12 semaines sur une série comme « Breaking Bad » et ils touchent environ 3 200 dollars par semaine.

Vince Gilligan et Bryan Cranston invités à l'émission "The Writers' Room" de Jim Rash (à gauche).  © Mark Peterson, Sundance Channel

Vince Gilligan et Bryan Cranston invités à l’émission “The Writers’ Room” de Jim Rash (à gauche). © Mark Peterson, Sundance Channel

Les scénaristes français sont loin de ce cas de figure. On compte en général entre 3 à 5 auteurs dans un atelier et ils ne sont pas payés à la semaine mais seulement après avoir rendu leurs textes. C’est pourquoi ils sont financièrement obligés de travailler sur différentes projets. La rémunération d’une seule série ne peut leur suffire. L’exclusivité n’existe pas, des scénaristes abandonnent souvent des séries, ce qui empêche une continuité et une cohérence artistique au fil des saisons. Une comparaison entre la France et les Etats-Unis est donc impossible selon le scénariste de « Kaboul Kitchen » et membre du collectif le « SAS », Quoc Dang Tran : « Les Américains ont 60 ans d’histoire de séries derrière eux. Nous on est encore au stade de l’artisanat. On a moins d’argent. On sait que nos séries ne vont pas s’exporter et le public est beaucoup plus petit ».

L’avenir, c’est « Plus Belle La Vie » ?

Plus Belle La Vie © France 3/François Lefebvre

Plus Belle La Vie © France 3/François Lefebvre

Malgré tout, il existe en France une série avec son propre modèle d’écriture, un rythme régulier qui fidélise les fans et qui booste les audiences, c’est « Plus Belle La Vie ».
Le feuilleton est une machine bien rodée, diffusé depuis dix ans sur France 3.
Les scénaristes doivent produire cinq épisodes par semaine et cette organisation a été mise en place par Olivier Szulzynger. Il s’est inspiré du modèle de la marque japonaise Toyota en répartissant le travail. Des scénaristes écrivent l’architecture des histoires, d’autres rédigent des dialogues et chaque semaine, un auteur est responsable de tous les textes.
Olivier Szulzynger expliquait la structure de sa série dans une interview. Il compte trois intrigues : une intrigue A, la principale, qui va durer sur deux ou trois mois. Elle est plutôt policière. Chaque début d’épisode et chaque cliffhanger (fin d’épisode à suspense) tourne autour de cette histoire. L’intrigue B est sentimentale ou sociétale. Enfin l’intrigue C est soit dans la continuité de l’intrigue B, soit de la comédie, soit des faits de la vie quotidienne. 
Un système unique, organisé, qui prouve une chose : la réussite d’une série repose avant tout sur une organisation bien construite et aussi sur un atelier d’écriture. Un travail récompensé en mai dernier par la SACD (la Société des Auteurs et des Compositeurs Dramatiques) qui a remis la médaille d’honneur aux auteurs de « Plus Belle La Vie » pour leur travail, leur œuvre et leur succès auprès du public.

Pour qu’une série fonctionne, un modèle d’écriture est donc indispensable mais le rôle du scénariste se doit d’être valorisé. L’acteur Kevin Bacon, à l’affiche de la série « The Following » résumait parfaitement la situation dans une interview : « Contrairement au cinéma, où le réalisateur est le patron, dans une série, c’est le scénariste qui compte, c’est lui qui décide ».

Posted in Reportages | Tagged , , , | Leave a comment

Le combat vers une société de zéro déchet

Arriver à une société sans aucun déchet, c’est le défi lancé par le mouvement Zero Waste France. Depuis février 2014, l’initiative portée par Flore Berlingen veut rassembler un maximum de personnes en signant leur appel pour la lutte contre les déchets et le gaspillage.
Déjà bien implanté dans plusieurs pays européens, Zero Waste a besoin de l’implication de tous les citoyens, mais aussi de l’appui des entreprises et des collectivités locales pour avoir un impact important.
A leur côté, il y a Maude, une adepte du zéro déchet et Jérôme Gleizes, conseiller de Paris et membre d’Europe Ecologie Les Verts.
Pour ce reportage radio, ils nous expliquent pourquoi c’est urgent de dire stop aux déchets.

Reportage Zero Waste France :

Video | Posted on by | Tagged , , , , , | Leave a comment

Robert Doisneau, l’exposition

Reportage réalisé par Assia Labbas à la caméra, et Anaëlle Domitien pour la rédaction.

Posted in Reportages | Leave a comment

Les maires font de la résistance

Ils sont maires depuis les années 1970 ou 1980 et briguent pour les municipales un énième mandat. Une longévité presque record pour des maires “accros” à leur ville et surtout au pouvoir.  

Affiche "Papy fait de la résistance" modifiée

Affiche “Papy fait de la résistance” modifiée

Ils s’appellent Michel Vallade ou André Toulouse, respectivement maires de Pierrelaye et Roissy-en-France. Ils sont à la tête de leur commune depuis 1977, année où Elvis nous a quitté et où la Russie s’appelait encore l’URSS. Il faut aussi parler de Patrick Balkany, arrivé à la mairie de Levallois-Perret en 1983, il y a 31 ans.

Depuis plus de trois décennies, ils s’accrochent à leur ville mais pour beaucoup, ce phénomène n’étonne pas car ces maires sont démocratiquement élus. Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop, l’explique dans le JDD : « Un maire réélu, c’est plus la norme que l’exception. Dans toutes les villes de France, les maires font plusieurs mandats et, sauf accidents, sont souvent réélus. »

Pour Jean-Pierre Friedman, psychologue et auteur des essais Du pouvoir et des hommes et Du pouvoir et des femmes, la longévité des maires s’explique par plusieurs critères : « Pour beaucoup, la fonction municipale est vue comme un marchepied vers d’autres fonctions, comme un rôle dans l’intercommunalité. » L’arrivée à la mairie est un début dans l’ascension politique. C’est ce que vit Francis Delattre, maire de Franconville (Val d’Oise) depuis 1983. Parmi ses multiples fonctions, on compte celle de sénateur, de premier vice-président de l’Union des Maires du Val-d’Oise, de président du syndicat intercommunal des Buttes du Parisis ou de membre à la commission des finances. L’ambition est aussi sociale. Pour des paysans, des personnes issues de la classe ouvrière ou moyenne, devenir maire est une réelle ascension. « Les avantages personnels et financiers comme les indemnités, prononcer un discours devant une foule, ça frappe le narcissisme et ce n’est pas négligeable », souligne Friedman. Continue reading

Posted in Reportages | Tagged , , , , , , | Leave a comment